Group 3 Created with Sketch.

Politique éditoriale

Les Editions Fourre-Tout tentent, à leur échelle, de mener une réflexion sur le livre, de sa conception à sa diffusion. En chaque livre se démontre la volonté de développer un outil de communication et de présence culturelle, un porte-voix efficace destiné à amener l’architecture dans le champ culturel. La maison d’éditions Fourre-Tout est fondée le 13 février 2004 par l’Atelier d’Architecture Pierre Hebbelinck. La terminologie Fourre-Tout fait référence au principe d’assemblage de documents « posés sur la table » qui font sens à travers une mise en forme de livres-objets autour desquels s’agglomèrent des contributions diverses.

Fourre-Tout s’engage dans différentes voies qui convergent toutes vers une évaluation et une participation créative à la dimension culturelle de l’architecture. La première direction porte sur la collection ARCHITEXTO (programmation des rapports entre architecture et écriture au sein de la jeune génération de créateurs), l’éclairage des rapports entre arts plastiques et architecture (Marthe Wéry / Architecture) et de ceux entre photographie et architecture (commande photographiques singulière, notamment avec Alain Janssens et Marie-Françoise Plissart). La seconde démarche tend à renforcer cette dimension culturelle en créant

un « dos historique » investiguant les comportements et les expressions des architectes du XXe siècle.

La conceptualisation des ouvrages fait partie intégrante du fonctionnement de l’atelier, alliant des critères objectifs (techniques, financiers, narratifs) à une recherche de la matière sensible, proche du sujet, maintenant sans cesse la corélation entre la forme et le fond. La vie d’un ouvrage, son parcours dans « la chaîne du livre », sont le reflets d’une réflexion sur l’acte d’éditer aujourd’hui. La relation de confiance avec les imprimeurs, la volonté de développer un réseau de librairies européennes partenaires du projet afin de nous assurer de la lisibilité du projet jusque dans les rayonnages, mais également les contacts avec les diffuseurs internationaux sans qui la vente hors-Europe serait impossible, l’appel à souscription à la parution d’un livre à petit tirage, la recherche de partenaires éditoriaux, la consitution d’un site web-trace de vie de la maison d’édition (environs 200 visites/mois), permettant également la vente en ligne à destination des pays non distribués, la participation à des événement littéraires intimistes, qui laissent la place à de vrais échanges avec le lecteur, sont les ingrédients de l’édition en laquelle nous croyons.

Le catalogue et le porte-voix #3

Dans cette troisième édition du catalogue, nous revenions sur l’évènement « Café littéraire » organisé par les Editions Fourre-Tout durant la Biennale d’Architecture de Venise.

Télécharger la version pdf du catalogue.

Architecture et Politique, une volonté de Faire

« Je veux que le public soit à l’intérieur d’un cerveau en action. Il n’y aura aucune narration, aucune discussion, aucune illustration. Il y aura de l’affirmation. Il y aura des idées. Il y aura de la confrontation. Quand je dis qu’il n’y pas de discussion, je veux dire qu’il n’y a pas à débattre, à discuter la philosophie, l’art. Il faut s’y confronter. Il faut s’y forger une résistance ».

Thomas Hirschhorn, à propos du projet non réalisé, Foucault Art Work

Ce projet, volontairement sur et dans l’espace public, et non au sein des Giardini, ou sous les dorures d’un Palais Vénitien, fut le prolongement de réflexions amorcées avec le journaliste français Emmanuel Caille sur les relations étroites entre politique et architecture à la suite de l’arrêt définitif du chantier de Centre Pompidou à Maubeuge (nord de la France), au soir du premier tour des élections municipale de 2014.

Ce temps Vénitien, ne fut pas une exposition au sens strict du terme, il n’eut pas pour ambition de présenter ce projet ou de revenir sur celui-ci mais plutôt de s’appuyer sur cette situation qui n’est pas un cas unique pour inviter architectes et intellectuels Européens mélangés aux riverains et aux visiteurs à se rencontrer sur cette idée d’une architecture de l’engagement. 3 tables rondes se sont déroulées autour de 3 grands secteurs géographiques : l’Europe du Nord, du Sud, Centrale et Orientale.

L’événement s’est déroulé le 26-27 et 28 Mai 2016 1238 Avenue Garibaldi, à l’entrée des Giardini, en terrasse du café voisin, sur l’espace public, ouvert à tous, sur le modèle du café littéraire.

 

* Un café littéraire est un lieu de réunion où l’on parle de littérature, échange des idées, écoute des extraits de livres lus par des comédiens, assiste à des spectacles érudits tout en dégustant un café, ou autre boisson. Le café Procope fut probablement le premier endroit de ce genre. Créé en 1686 à Paris par Francesco Procopio dei Coltelli dit « Procope », ce lieu, d’un genre nouveau, obtint ses lettres de noblesses de la fréquentation de Voltaire, Rousseau et Diderot, pour ne citer que ceux-là. Pour d’autres, le premier café littéraire serait le café de la Place du Palais-Royal, fondé en 1681, et qui deviendra après 1715 le café de la Régence.