Group 3 Created with Sketch.
À paraître prochainement

Anderlecht — Molenbeek, de Pierre Blondel

#29
  • Auteur Pierre Blondel
  • Parution 2022
  • Langue Français
  • Format 150 * 190 mm
  • Pages 144
  • ISBN 978-2-930525-25-9
  • Prix

    18,00

Publication septembre 2022

L’art de Pierre Blondel entrouvre un espace intermédiaire entre réalité et fiction, d’une séduisante et étrange familiarité construite avec des moyens bien maîtrisés qui témoignent de sa double situation d’écrivain et d’architecte. Ses nouvelles se déploient dans les voisinages de ses futurs bâtiments, imaginés et pas encore construits. Le lecteur sera témoin du regard vif de l’architecte qui prend acte des permanences et transitions de la ville : la vie qui se répète mais qui, en laissant ses traces, construit le paysage des futures générations ; le désir difficile de l’individu de comprendre son identité à travers son histoire familiale, superposée aux lieux et à la société qui changent sans cesse autour de soi ; la ville elle-même qui est en devenir permanent sans oublier le passé quand l’urbain n’avait pas encore perdu le terrain vague, végétalisé, paradis des découvertes de l’enfance ; les difficiles rencontres entre périphérie et centre, entre vieux habitants et nouveaux immigrés. Tous ces thèmes qui sont articulés dans les deux narrations en faisant appel à une sorte d’ironie de détective qui surprendra le lecteur, confèrent la familière sensation d’une prochaine nostalgie propre à la vie urbaine.

Stefan Simion

 

+

Colophon

Directeur de publication Pierre Hebbelinck

Graphisme et suivi éditorial Pierre Geurts et Antoine Lantair pour NNstudio

Relectrices Aïka Mittler et Muriel Weis

La présente édition a bénéficié du soutien de la Cellule architecture de la Fédération Wallonie-Bruxelles

Achevé d’imprimer en juin 2022 sur les presses de l’imprimerie Snel (Vottem, Liège), à 500 exemplaires, sur papier EOS 90gr pour le compte des Éditions Fourre-Tout.

Les textes sont composés en JJannon, caractère typographique contemporain dessiné par François Rappo (Optimo, 2019) qui renoue avec l’histoire baroque des lettres de Jean Jannon au XVIIe longtemps attribué à tort à Claude Garamond. En complément, le caractère F Grotesk de Radim Pesko (RP Digital Type Foundry, 2011) apporte un contrepoint en conservant une forme de souplesse.

Dépôt l’égal D/2022/10.235/1
ISBN 978-2-930525-25-9

144 pages Hard Cover, format 150 * 190 mm

+

Préface, biographies

« Le paysage est incertain », extrait de la préface de François Chaslin

[… ] Un peu plus jeune que moi, tu n’as sans doute jamais été moderne au sens où tu n’as pas cru qu’il était de ton devoir d’architecte de régenter le monde comme ce brave Corbu qui écrivait aux communistes en 1945 : « Je m’adresse à la CGT en disant : C’est pour vous, mais il faut enseigner à vos gens la discipline nécessaire ». Tu as terminé tes études en 1980, après les avoir entreprises à Saint-Luc de Tournai, dans ce sombre établissement néo-gothique de brique qui était sous l’influence de quelques Français que l’on ne voyait guère, très occupés qu’ils étaient à leurs affaires, certains d’ailleurs assez âgés : Pierre Pinsard y professait depuis un quart de siècle (né en 1906, il était célèbre pour ses églises de Douai, Armbouts-Cappel et Cambrai et surtout pour le couvent dominicain de Lille) ; enseignaient avec lui le Lillois Jean Dubuisson, né en 1914, constructeur de plus de vingt mille logements sociaux durant les Trente Glorieuses, et le Tourquennois Jean Willerval, né 1924, auteur d’aménagements d’une solide plasticité à Lille et, à l’époque, d’un projet fort décrié pour l’axe du quartier d’affaires de La Défense, une Tête-Défense giscardienne que la gauche allait « décapiter » dès l’été 1981 et remplacer par la Grande Arche de Spreckelsen. C’est le moment où le modernisme de ces architectes commençait à craquer, où commençait à se faire jour la crise postmoderne, ses refus et ses incertitudes, même si le mot lui-même, « postmoderne », n’était pas encore très répandu. En architecture, il était apparu vers 1975 mais en catimini. Charles Jencks ne publiait son célèbre Language of Post-Modern Architecture qu’en 1977. Une nouvelle situation, une nouvelle condition apparaissait, celle que Lyotard en 1979 désignait comme la Condition postmoderne. Peut-être n’en as-tu rien su, à Saint-Luc. Et tu avais d’ailleurs déjà fugué, quitté l’école pour travailler au Maroc et te faire diplômer au Jury central, au « tour extérieur » diraient les énarques français.
Le sentiment postmoderne est complexe, divers, diffusé dans de multiples aspects de la pensée des années quatre-vingts. Il marquait l’affaiblissement de croyances que l’on pensait universelles, en particulier la confiance en la science et la technique, en l’émancipation et dans l’irrépressible progrès de l’humanité. Il installait une incrédulité durable face à ce que Jean-François Lyotard allait appeler les « grands récits », tant philosophiques que politiques.
Tout cela s’est un peu effrité. Mais il reste chez certains, chez toi je pense, l’idée que l’architecture est une œuvre fragile, multiple. Que ce n’est pas un bloc de pure pensée. Pas plus que le « jeu correct et magnifique des volumes », même si elle n’abandonne pas les jeux formels et si ton travail s’y plaît, avec une certaine sobriété. Qu’elle est ouverte à diverses interprétations. Qu’elle est négociation, ruse parmi les normes et les politiques publiques, toujours urgentes, quantitatives et univoques. Qu’elle parle plusieurs voix et même plusieurs langues aujourd’hui, à l’âge des immigrations massives et du côtoiement des communautés. Qu’elle n’a pas à être didactique et qu’il n’est de toute façon pas sûr qu’elle soit comprise par ceux auxquels elle aimerait s’adresser.
Qu’elle est en retour, pour ceux des architectes qui la pratiquent avec lucidité, l’un des meilleurs moyens de connaissance du monde social. Comme le métier de flic peut-être.
De bon flic veux-je dire, à la Maigret. […]

 

Biographie de Pierre Blondel

 

Pierre Blondel est né en 1956, à Bruxelles. Il voyage depuis 1973, vit avec Aïka depuis 1978, est architecte depuis 1980. Il est père depuis 1989, enseigne à l’université depuis 1993, écrit depuis 2008. Ses projets de logements sociaux et d’équipements ont été largement publiés et récompensés par de nombreux prix. Ses histoires, romans et nouvelles se passent, pour la plupart, à proximité ou dans des projets qu’il a, en tant qu’architecte, dessinés. Projets en devenir, construits ou abandonnés.
Anderlecht-Molenbeek est son troisième livre publié, après LMS et autres histoires aux éditions Fourre–Tout et Professeur Toumani Inc. aux éditions Ercée.
Anderlecht-Molenbeek prend comme cadre deux projets : la maison communale de Molenbeek, construite en 2017, et des logements sociaux à Anderlecht, en chantier.

 

Biographie de Stefan Simion

 

Ștefan Simion est Ph.D. maître de conférences à l’Université d’Architecture et Urbanisme « Ion Mincu » de Bucarest et titulaire du studio d’archi du 2e et 3e année d’étude. Il a enseigné à l’EPF Lausanne, l’École Internationale de Rabat, Pratt New York, Politecnica di Milano. Il est l’auteur du livre primé L’ambiguïté du chef-d’œuvre. 11 entretiens sur l’architecture de Livio Vacchini, édition Architext design, publié à la suite d’une recherche post-doctorale à l’EPF Lausanne *. Avec Irina Melita, il est fondateur et rédacteur en chef du magazine www. mazzocchioo. com et fondateur du bureau d’architecture www.theposter. ro. Parmi les derniers prix d’architecture remportés : Prix et Nomination pour deux maisons à la Biennale Internationale d’Architecture BETA 2020 ** et le 2e prix au concours international pour le nouveau siège du conseil départemental de Cluj ***. Après avoir remporté un concours national, POSTER a été curateur du pavillon roumain à la 17e édition de la Biennale d’architecture de Venise 2021 à travers le projet www.fadingborders.eu qui traite de la relation complexe entre migration et fonds bâti.

 

Biographie de François Chaslin

 

François Chaslin est architecte et critique, ancien professeur. Il a été directeur des expositions et du département Diffusion de l’Institut français d’Architecture. Journaliste, il a collaboré à plus d’une centaine de publications dans divers pays et principalement au Monde, à Libération, à El Pais et au Nouvel Observateur. Il a été rédacteur en chef de l’Architecture d’Aujourd’hui, et auparavant des Cahiers de la recherche architecturale et de Macadam et rédacteur en chef adjoint de Techniques et Architecture. Il a produit durant treize ans sur France Culture une émission hebdomadaire spécialisée, Métropolitains.
Il est l’auteur de divers ouvrages, dont Les Paris de François Mitterrand, La Grande Arche, Une haine monumentale, essai sur la destruction des villes dans l’ex-Yougoslavie, Deux conversations avec Rem Koolhaas, et caetera, The Dutch Embassy in Berlin by Oma/Rem Koolhaas, de plusieurs monographies d’architectes dont Mario Botta, Tadao Ando, Kisho Kurokawa, Norman Foster, Henri Ciriani, Henri Gaudin, Christian de Portzamparc et André Bruyère, d’un recueil d’articles critiques : Jean Nouvel, critiques, d’un essai littéraire sur Le Corbusier : Un Corbusier et d’un pamphlet, illustré de ses propres dessins : Rococo.
Nominé au Goncourt de la biographie, Un Corbusier avait reçu le prix spécial du jury du prix du livre d’architecture en 2016. Rococo, qui en est une sorte de rebond sur le mode du conte et de la fable, a reçu le prix du livre d’architecture 2019 et, pour ses qualités graphiques, à Varsovie la médaille d’or de l’European Design Award et à Amsterdam le Best Dutch Book Design, Student Selection .