Group 3 Created with Sketch.

Marthe Wéry / Un jeu de mise en relation

#18
  • Format 210 × 140 mm
  • Pages 136
  • ISBN 978-2-930525-08-2
  • Prix

    14,00 12,00

Le livre se présente comme une main tendue vers le lecteur dans le sens d’une évacuation complète de ce qui constitue la peau d’un livre, à savoir la couverture: le texte débute en premier de couverture et livre son point final au quatrième. La préface de Eric de Chassey, l’entretien entre Pierre Hebbelinck et Pascal Leclercq et le colophon sont logés dans les plis du livre, à savoir au verso des couvertures plissées, de telle manière à ne pas rompre le flux de lecture. Ce livre assume au niveau documentaire une attitude très franche, en rupture avec la série de catalogues déjà parus sur l’artiste. Sont présentés des documents iconographiques issus directement du fond de l’artiste, qu’il s’agisse de photographies privées ou de reproductions d’œuvres anciennes. Seule une poignée de documents a fait l’objet d’une numérisation pour l’occasion. Le rythme de lecture est radicalisé en systématisant d’un côté les notices et visuels, de l’autre le déroulé de texte dans une mise en page densifiée à l’extrême. Cette attitude stricte offre une entrée facilitée dans ce texte exigeant tout en offrant au regard les visuels correspondant. Egalement, et c’est la nature même du texte qui impose cela, la mise en relation dont il est question est manifestée par une césure franche dans le flux des pages; au lecteur à s’imprégner des deux versants du livre pour en tirer sa propre réflexion.

+

Colophon

L’auteur Né en 1925 à Wemmel (dans les environs de Bruxelles), Christian Debuyst a fait ses études de droit et de psychologie et à partir de 1951, a été enseignant à la Faculté de droit de l’Université de Louvain (secteur « psychologie de la déviance) A écrit sur ce thème de nombreux livres et articles. Marié avec Marthe Wéry depuis 1952, jusqu’à sa mort, en 2005, a toujours été très associé et questionné par son travail dont il aime à poursuivre à la fois le dialogue et mener pour lui-même, une forme d’élargissement.

L’artiste Marthe Wéry (1930-2005) née à Bruxelles, a commencé par faire l’Ecole normale supérieure (secteur art) et a passé une première année universitaire à la Faculté d’Art et d’Archéologie de l’Université de Louvain. Elle a poursuivi son itinéraire à Paris où elle a vécu durant deux années et a été marquée à cette époque par l’abstraction lyrique française (Bazaine, etc.). Revenue en Belgique, elle s’est engagée surtout dans la gravure et est devenue professeure de gravure à la section des Arts plastique de l’Ecole d’architecure St Luc de Bruxelles. Elle a approfondi ses connaissances en faisant à Paris une année de stage (1967-68) à l’atelier 17 de William Hayter.

Contributeurs

Eric de Chassey, critique et professeur d’art à l’Université François-Rabelais de Tours, a été nommé Directeur de l’Académie française de Rome (Villa Médicis) en 2009. Connaissant bien Marthe  Wéry, il avait rédigé pour le catalogue de son exposition du Musée de Tournai (2004 et dont le commissaire était P.O.Rollin), l’article intitulé “Rigoureux, forts et ouverts – Les tableaux de  Marthe Wéry”. Il fut aussi commissaire de l’exposition consacrée à Marthe Wéry par la galerie Micheline Szwajcer à Anvers en 2007, et intégra certaines de ses oeuvres à l’exposition collective  qu’il organisa sous le titre “la pensanteur de la grâce” au Collège des Bernardins à Paris et la même année à la Villa Medicis à Rome (2010). A écrit de nombreux ouvrages de critique artistique dont “La peinture efficace, une histoire de l’abstraction aux Etats-Unis” (Paris, Gallimard, 2001), “Pascal Pinaud, Transpainting” (Genève, Musée d’art moderne et contemporain, 2003), etc.

Pascal Leclercq est né à Liège en 1975, où il vit et travaille. Après des études de philosophie, il entame un cycle de chômage à visée culturelle, et passe plusieurs années dans le nord de l’Italie, pays qui a eu une forte influence sur son imaginaire, et avec lequel il garde de forts contacts. Poète, journaliste et nouvelliste, il est également le traducteur en français du poète italien Andrea  Inglese. Il a obtenu le prix Pollack pour Demain revient de loin, et la bourse de la fondation Spes pour Un bâton. Marzi et Outchj est son premier roman.